Les élections législatives de 1848 et 1849 en Midi

Les élections législatives de 1848 et 1849

 en Midi-Pyrénées

par Jean-Paul Damaggio

 

 

Nombre de députés en 48

Nombre de députés en 49

Montagnards en 1849

Républicains modérés en 1849

Légitimistes en 1849

En 1849, autres conservateurs

 

Ariège

7

6

5

1

0

0

Aveyron

10

8

2

0

3

3

Haute-G.

12

10

0

3

4

3

Gers

8

7

1

2

0

4

Lot

7

6

1

3

0

2

Hautes-Py.

 

 

 

 

 

 

Tarn

9

8

6

2

0

0

Tarn et G.

6

5

1

2

0

2

Total

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nom du député de 1849

Position

Profession

 

 

A

R

I

E

G

E

Clément Anglade (député en 1833)

Montagnard

Avocat occupé à l’agriculture

Réélu

Arnaud

Palais-National

Avocat,

Homme de lettres

Réélu

Pilhes

Montagnard

Libraire proudhonnien

 

Pons-Tende

Montagnard

Propriétaire

 

Rouaix

Montagnard

Avocat

 

Vigne Théodore

Montagnard

Avocat

Réélu

 

 

 

A

V

E

Y

R

O

N

 

De Balzac  (Conseiller Général)

Légitimiste

 

 

Abbé Combes

Légitimiste

Curé

 

Dalbis du Salze

 

 

Réélu

Denayrouse

Montagnard

Avocat

 

Pradié Pierre

Montagnard

Avocat-Notaire

Homme de lettres

Réélu

Rodat Henri

Rue de Poitiers

Avocat

Réélu

Vernhette

Rue de Poitiers

Avocat

Réélu

Vésin Emile

Rue de Poitiers

Procureur

Réélu

 

 

H

A

U

T

E

 

G

A

R

O

N

N

E

Castillon St Victor

(fondateur Gazette du Languedoc)

Légitimiste

Propriétaire

 

Dabeaux (Conseiller Général)

Rue de Poitiers

Avocat

Réélu

Général Espinasse (député en 1837)

Rue de Poitiers

Militaire

Réélu

Fourtanier (Maire de Toulouse)

 

Avocat, conseiller

de préfecture

 

Gasc

Légitimiste

Avocat

 

De Limayrac

Légitimiste

Propriétaire

Substitut

 

J-François Malbois

Modéré

Militaire

Réélu

Raquette

Légitimiste

Magistrat

 

Ch. De Rémusat

Rue de Poitiers

 

 

Tron

Modéré

Avocat

 

 

 

 

G

E

R

S

 

Belliard

Modéré

Avocat

 

Carbonneau Achille

Palais-National

Avocat

Réélu

Duputz

Montagnard

Commis négociant

 

Gavarret Sébastien-Philippe

Palais-National

Avocat

Réélu

Joret

 

Propriétaire

 

Lacave-Laplagne

 

De Panat

Rue de Poitiers

Conseil d’Etat

Réélu

 

 

 

 

 

L

O

T

Joachim Ambert

 

Militaire

 

 

Eugène Cavaignac

Modéré

Militaire

Réélu

 

Emile Labrousse

Palais-National

 

Réélu

 

Lafon

Montagnard

Médecin

 

 

Lucien Murat

Rue de Poitiers

 

 

 

De Saint-Priest

Rue de Poitiers

Propriétaire

 

 

 

 

 

T

A

R

N

Besse

Montagnard

 

 

 

Canet

Montagnard

 

 

 

D’aguilhon

Montagnard

 

 

 

Fourgassié-Vidal

Montagnard

 

 

 

Juéry

Palais-National

 

 

 

Lavergne Bernard

Montagnard

Médecin

 

 

Rey Philippe

Palais-National

Militaire

Réélu

 

Rigal

Montagnard

 

 

 

T

A

R

N

 ET

 

G

A

R

O

N

N

E

Edmond de Cazalès

Rue de Poitiers

Curé

Réélu

 

Delbrel A.-Michel

Palais-National

Médecin

Réélu

 

Détours Hippolyte

Montagnard

Avocat

Réélu

 

Janvier

Modéré

 

 

 

Constant-Tournier

Palais-National

Avocat

 

 

               

 

 

Conditions de l’élection de 1849 :

 

Ariège :

 

Aveyron : Union des républicains

 

Haute-Garonne :

 

Gers : quatre listes

A gauche l’union fut impossible car les Rouges exigèrent 4 places sur 7 au vu de l’élection du 10 décembre (Ledru-Rollin était devant Cavaignac)

La liste des républicains modérés (Palais-National)

La liste des démocrates-socialistes : Duputz sera élu mais les modérés l’avaient inclus sur leur liste.

A droite : la liste conservatrice affronta une liste dissidente bonapartiste de peu de poids.

Difficile de dire s’il y avait de réels légitimistes.

 

Lot :

Union des républicains.

 

Tarn :

Les deux tendances républicaines ayant fait l’union, elles emportèrent tous les sièges. Difficile de faire la part entre les hommes des deux tendances. Bernard Lavergne sera celui qui aura la plus grande destinée sous la troisième république.

 

Tarn et Garonne :

L’union des républicains a permis le succès de trois d’entre eux.

La lutte entre légitimistes et orléanistes a conduit à l’échec même le notable orléaniste Léon de Maleville.