Les Montagnards de Salernes

Les Montagnards de

Salernes

L'église de Salernes - photo Gilbert Suzan

André, aîné : cordonnier, chef de section

André Ferdinand : cordonnier, chef de section

Basset Antoine : cultivateur, 35 ans, né à Salernes, marié, 2 enfants. Reçu en 11/51 chez Dauphin. Grâcié le 27/7/53

Basset Gustave Joseph : pharmacien, né en 1817, marié, 2 enfants. Fortune médiocre en 1855. A été adjoint. Soupçonné en octobre 1851 d’être dirigeant du sous-comité de résistance de Salernes. Propagandiste. Chef de section. Condamné à l’expulsion. Commuée en internement par Quentin-Bauchart le 16/4/52. Grâcié le 3/2/53. Le 5/6/53, il aurait participé à une réunion secrète à Salernes. En octobre 55, il figure sur la liste des hommes dangereux du département. Maire de 1863 à 1870, il se rallie à l’empire libéral. Décédé en 1891

Bouge Théodore : propriétaire, 52 ans, marié, 1 enfant, fortune moyenne. En octobre 55, il figure sur la liste des hommes dangereux du département : dangereux pour sa parole facile, mais il n’est pas homme d’action. Maire de 1879 à 1881

Caille Antoine : bourrelier, chef de section

Canebier Gustave : boulanger, chef de section

Clément Ferdinand : boulanger, 33 ans, veuf, 2 enfants. Chef de section

Clément Joseph Pascal : cultivateur, ancien boulanger, 25 ans, chef de section.

Constans Jean Baptiste : mallonier, 27 ans, né à Salernes, marié, 1 enfant. Recruté et reçu en 9/51 par Dauphin, conduit par Meissel Lazare. Recrute Roux François. Chef de section

Constans Louis : fabricant de mallons, né à Salernes, 36 ans, insurgé

Cotte Alexandre Joseph : fabricant de faïence, 64 ans, maire, fortune aisée en 1855. Il exporte vers l’Algérie par le port de Ste Maxime où il a une succursale. Condamné à l’éloignement, grâcié le 3/2/53. En octobre 55, il figure sur la liste des hommes dangereux du département. Maire de 1871 à 1874.

Cotte Paul : 35 ans, fils du Maire Alexandre. Président. Soupçonné en octobre 1851 d’être dirigeant du sous-comité de résistance de Salernes. Futur préfet du Var du gouvernement provisoire du 4 septembre 1870 et député radical. (voir article d’Emilien Constant)

Dauphin Honoré, l’Américain : perruquier, 31 ou 42 ans, célibataire. Petite aisance en 1855. Chef de section. Sa boutique est la salle de réception de la société. Recruteur et initiateur. Soupçonné en octobre 1851 d’être dirigeant du sous-comité de résistance de Salernes. Condamné à l’expulsion commuée en surveillance le 7/5/53. En octobre 55, il figure sur la liste des hommes dangereux du département : homme d’action peu influent. (voir fiche plus complète)

Esclapon Pierre Honoré : ex-pharmacien, 50 ou 60 ans, propagandiste. Parti de Salernes depuis près d’un an. Affilié. Condamné à l’Algérie commué en surveillance le 8/10/52. En octobre 55, il figure sur la liste des hommes dangereux du département : intrigant, sévèrement surveillé

Féraud Jean Joseph : marchand d’huile, 47 ans, marié, 2 enfants, petite aisance en 1855. Connaissait les nouvelles de Paris à son retour de Marseille, le 6/12. Fait campagne pour le non au plébiscite. Le 5/6/53, il aurait participé à une réunion secrète à Salernes. En octobre 55, il figure sur la liste des hommes dangereux du département : très persuasif, influent sur les masses, prendrait les armes au besoin

Ferrat Ferdinand : confiseur, chef de section

Ferrat Jules, aîné : aubergiste, 2 enfants, chef de section

Garcin Auguste : faïencier, 28 ans, né à Allemagne, affilié

Garcin François : faïencier, 25 ans, né à Allemagne, affilié

Gariel Alexandre : notaire, 37 ans, né le 22/4/1814 à Régusse, célibataire, frère de Célestin, notaire de Montméyan et maire de Régusse. Correspondant de la Voix du Peuple. Transporté à Lambassa, puis exilé jusqu’en 1860. On lui a vendu son office à vil prix. A perdu tout son patrimoine. Installé à Régusse en 1881, où il vit avec ses frères, comme homme de lettres. Peut attendre l’indemnisation en 1881. Membre de la commission de répartition des indemnités aux proscrits. Maire de Régusse de 1883 à 1895. Elu le 4/5/84 avec 99 voix contre 142 au mieux élu, élu maire à l’unanimité. Décédé le 3/8/1895. (voir fiche plus complète)

Lambert Frédéric : cafetier, 38 ans, son café est fréquenté par les démagogues.

Latil : tailleur, chef de section

Latil Marius Antoine : ouvrier maçon, né le 17/11/1827 à Aiguines. Se rend en 1852 à la Nouvelle Orléans

Meissel Lazare : recenseur, né à Salernes le 5/8/1815, la réunion du 5 au soir a lieu dans sa maison, siège de la société des biens venus.

Nans Louis : propriétaire, 56 ans, propagandiste

Pascal Jean Baptiste : cafetier, 41 ans, célibataire, il est boulanger en 1855. ex-militaire. Fortune médiocre en 1855. Chef de section. Condamné à l’Algérie, grâcié le 3/2/53. Le 5/6/53, il aurait participé à une réunion secrète à Salernes. En octobre 55, il figure sur la liste des hommes dangereux du département : influent, très habile, organisateur rusé

Renoux Ignace Antoine : propriétaire, 51 ans, né à Salernes, marié, 1 enfant, conseiller général. Le 5, il écrit de Draguignan une lettre où il conseille l’insurrection. Le 6, il vient conseiller le calme. Condamné à l’Algérie, commuée en expulsion par Quentin-Bauchart le 16/4/52.

Rey Alphonse : bourrelier, 36 ans, chef de section

Roux François : recruté par Constans JB

Salomé le Gros : maréchal, né à Moustiers, chef de section. Le 5/6/53, il aurait participé à une réunion secrète à Salernes.

Salomé Gaspard : maréchal, 49 ans, né à Moustiers. affilié