Lo cop d’estat de 1851

Dans le cadre de notre réflexion sur les réactivations de la mémoire varoise de l’insurrection de décembre 1851 au cours des premières années 1970, (réactivations alors clairement mises en rapport avec les engagements idéologiques et politiques des intervenants), nous poursuivons la mise en ligne de documents par la publication de la pièce de Gaston Beltrame, instituteur à Ollioules (Var), pièce qui fut représentée à de nombreuses reprises en 1974 et 1975 par le Centre Dramatique Occitan de Toulon, dirigé par André Neyton. Nous remercions vivement Mme Élise Beltrame et A.Neyton, qui nous ont donné l’autorisation de reproduire ce texte.

René Merle

LO CÒP D’ESTAT DE 1851

Gaston BELTRAME

Éditions Rescontres

Centre Dramatique Occitan

1974

Acabat d’estampar sus las premsas de la S.A.R.L. Estempariá BARNIER, 4 car. dels Lombarde – 30 NIMES. pèr lo compte de la colleccion R E S C O N T R E S Totei drechs reservats. Depaus legal : Segond trimestre 1974.

DISTRIBUCION PER LA CREACION

 

Magali BIZOT                                   Gui BERNAT

 

Josiana FERRIE                                  Bernat GASSIN

 

NICÒLA                                            Rogier MONIN

 

Silviana REBOL                                  Andrieu NEITON

 

 

Mesa en scèna – Andrieu NEITON.

 

 première partie

 

MARTIN BIDORET

 

Sus lo dralhon peirós de l’an cinquanta un

La paura libertat rebala sei raubilhas

Lei tèmps son claus pèr ela – ara i a plus degun –

Adejà lei cadenas an un sang que rovilha

Subran tóteis ensèms obriers e païsans

Dins lo roge escaborn cridavan aqueu cant.

 

REFRANH

 

Martin Bidoret, Martin de Barjòus

Voliás pas morir, t’an tuat dos còps

T’an tuat dos còps

Martin de Barjòus

Siás totjorn vivènt

Siàs totjorn vivènt

Es pas acabat lo tèmps de luchar

Lo tèmps de luchar pèr la libertat

 

            II

 

Tant d’òmes matrassats sus lo prat-batalhier

I aviá lo Toina Bon, Giraud dich l’esperança

Fusilhats coma tu, O Martin Bidoret

Un còp pòt pas sufire pèr tuar la Provènça

– “Toina ! Toina ! Siás mòrt” ? demandava Giraud

– “Non ! e tu mon amic ? – Pèr nàutrei es plan pauc !”

 

            III

 

Ièr, ara o deman, siám totjorn esvelhats

Toina, Giraud, Martin grelhan dins nòstre còr

Podèm jamai morir sensa la libertat

E podrem jamai viure sota lo vènt dau Nòrd.

Escota, escota, amic lo cant dau sovenir

Que monta dau passat pèr dubrir l’avenir.

 

(Paraulas e Musica de G. BELTRAME).

Editions Ventadorn.

 

 

(Roulements de tambour)

 

LO PRESENTAIRE

 

Bràvei gents! Intratz ! Intratz ! Anatz veire un espectacle estranh, una istòria fantastica que si va debanar tot ara dins lo grand, lo bèu, lo gigant circ francés. Nasejaires e nasejarèlas, badaires e badarèlas, gents d’aici ambé gents d’ailà, venètz espinchar lo grand morsèu dau repertòri politic : “Lo còp d’Estat de 51”. Dins una realizacion extraordinària, onte lo sang, l’orror e l’inumanitat fan afrosa mescladissa.

 

(Roulement de tambour)

 

Pèr començar, vaicí la bèstia nosenta, faussa, galavarda, l’iena pudenta : bèstia imonda, bèstia abramada dau poder qu’a encara lei dents e lo morre embarnissats dau sang dei darrièrei victimas de son deliri. Vaicí venir… vaicí venir… vaicí venir…

 

(le ton monte, le présentateur gueule vers la coulisse)

 

Vaicí venir…

 

(de la coulisse sortent des cris)

 

TOUS

 

C’est à moi… Non, à moi… Laissez-moi passer… Possa-te… Salaud… Assassin… Leva-te dau mitan … Bandit … Porcàs… Corrupteur… Manja-merda… Raclure … Tyran … Tyran toi-même…

Tiens !… Aganta… Mefi…

 

(Le régisseur est brusquement propulsé sur la scène)

 

LE RÉGISSEUR (affolé)

 

C’est pas possible, ils sont fous… ils veulent tous rentrer en même temps !

 

LO PRESENTAIRE

 

Comment ça, tous ?

 

LE RÉGISSEUR

 

Ben oui !… tous les fauves : les colonels grecs, Salazar, Franco, le quarteron des généraux, Hitler, Pinochet et sa clique d’assassins…, tous quoi !

 

LO PRESENTAIRE

 

Il faut les calmer tout de suite. Les spectateurs s’impatientent, on ne peut plus retarder la représentation.

 

LE RÉGISSEUR

 

Que faire ?

 

LO PRESENTAIRE

 

C’est votre travail, pas le mien.

 

(Le régisseur se hâte vers les coulisses)

 

LO PRESENTAIRE

 

Bràvei gents, un pauc de paciència ! Mai lei bèstias sauvajas de nòstra mainatjariá son d’animaus terribles, espaventós, sanguinaris. An l’eime escur coma la gòrja dau lop. Secutar, arpionar, mossegar, sagatar son lo solet plaser d’aquélei mostres.

 

(On entend les claquements d’un peloton d’exécution, dans les coulisses)

 

LE RÉGISSEUR (entrant)

 

Ça y est, Monsieur, le calme est revenu.

 

LO PRESENTAIRE

 

Qu’avez-vous fait ?

 

LE RÉGISSEUR

 

Il nous restait encore quelques otages… nous les avons donnés à ces messieurs pour calmer leur appétit.

 

LO PRESENTAIRE

 

Tous ?

 

 

LE RÉGISSEUR

 

Non, simplement quelques nègres, trois arabes, une demi-douzaine d’occitans, un rouge notoire…

 

LO PRESENTAIRE (le coupant)

 

Quoi ! Vous avez fait fusiller l’indien !

 

LE RÉGISSEUR (offensé)

 

Monsieur, pour qui me prenez-vous ! Nous savons la valeur des Chipawa en cette période de pénurie. Non ; il s’agissait d’un agitateur difficile à classer : apparemment ni gauchiste avoué, ni communiste notoire. Nous avons pensé…

 

LO PRESENTAIRE

 

Vous avez bien fait.

 

(Le régisseur sort)

 

Ara podèm li anar. Pèr començar, vaicí venir lo grand porcàs de la politica, la demòni que pèr sa glòria a chausit de metre lo pais a fuec e a sang. Vaicí venir aquela putassiera que li dison : Napoleon lo manja-sang !

 

(Entre Louis-Napoléon Bonaparte suivi du régisseur Ratapoil)

 

L. N. B.

 

Eh ! Ratapoil ! Tu vas lire le décret que je viens de signer en mon palais de l’Elysée, ce 2 décembre 1851.

 

RATAPOIL

 

Oui, mon Empereur.

 

L. N. B.

 

Pas encore, crétin ; pour le moment, je ne suis que Président de la République. Lis !

 

RATAPOIL

 

Au nom du peuple français…

 

L. N. B. (à part)

Ça c’est le meilleur truc pour les couillonner !

 

RATAPOIL

 

Article un : l’assemblée nationale est dissoute.

 

L. N. B.

 

Je ne pouvais pas faire autrement, ces maudits députés ne voulaient pas modifier la loi, pour que je sois rééligible !

 

RATAPOIL

 

Article deux : le suffrage universel est rétabli.

 

L. N. B.

 

C’est pas de la démocratie, ça ?

 

RATAPOIL

 

La loi du 31 mai est abrogée.

 

L. N. B.

 

Les députés se refusaient à le faire, il fallait bien que je m’en charge.

 

RATAPOIL

 

Article trois : le peuple français est convoqué dans ses comices à partir du 14 décembre jusqu’au 21 décembre suivant.

 

L. N. B.

 

Là, il y a une astuce difficile à saisir. J’ai interverti l’ordre des articles. Mais vous allez comprendre, qu’en toute démocratie, je ne pouvais pas mettre l’article 4 à la place du 3.

 

RATAPOIL

 

Article quatre : l’état de siège est décrété dans l’étendue de la première division militaire.

 

L. N. B.

 

Vous comprenez, des esprits mal intentionnés prétendraient aisément que les élections ne seraient pas libres. D’ailleurs, entre nous, il y a de fortes chances pour qu’à cette date la moitié du pays soit en état de siège.

 

RATAPOIL

 

Article cinq – le Conseil d’Etat est dissous.

 

L. N. B.

 

Ce genre de machin, comme dira mon cousin Charles, ça ne sert à rien, qu’à inaugurer des chrysanthèmes.

 

RATAPOIL

 

Article six : le ministre de l’intérieur est chargé de l’exécution du présent décret.

 

L. N. B.

 

Il faut bien qu’il justifie la place de choix que je lui ai réservée.

 

(Un homme entre en courant et se jette aux pieds de L.N.B.)

 

L’HOMME

 

Mon empereur ! mon empereur !

 

L. N. B.

 

Décidément, ils y tiennent. Il faudra que je me fasse plébisciter : je n’ai pas le droit de les décevoir.

 

L’HOMME

 

Mon empereur !

 

L. N. B.

 

Qu’y a-t-il ?

 

L’HOMME

 

Des ouvriers ont dressé des barricades sur les boulevards.

 

L. N. B.

 

C’est sans importance. Tout a été prévu. Allons ! venez mes braves, l’Empire n’attend pas ! (ils sortent).

 

LO PRESENTAIRE

 

Loïs-Napoleon Bonaparte ambé Morny e seis arpians an sangolat lo pais. La policia, l’armada e l’administracion son totjorn ensèms pèr compelir e aclapar Io pople. Totjorn lei malurós an tòrt, son coupables. La justicia es un trompe-colhon : li a qu’aquélei dau pòple que son jutjats, condemnats, executats ; pèr élei li a jamai de clemència. Orne dau pòple, a jamai drech à la paraula. Quand parlam vertadierament e fortament, nos mandan lei soldats pèr sarrar lei bocas.

 

(Fusillades en coulisse, pendant que 1, 2 et 3 entreront successivement et s’écrouleront après avoir dit leur tirade)

 

L. N. B.

 

Soldats ! Soyez fiers de votre mission, vous sauverez la patrie, car je compte sur vous, non pour violer les lois, mais pour faire respecter la première loi du pays, la souveraineté nationale, dont je suis le légitime représentant. (Fusillade).

 

1 (entre vivement)

 

Pour protester contre le coup d’État, les ouvriers avaient dressé des barricades rue Saint Denis, rue des Petits Carreaux, rue Rambuteau, rue Montorgueil, rue Tiquetonne, rue Transnonain. Le mouvement fait tache d’huile, atteint le canal et le faubourg Saint Martin. Et puis, on s’enhardit. Sur les boulevards, une barricade s’élève Porte Saint-Denis, une autre près du Gymnase. Puis, c’est le boulevard Montmartre, le boulevard des Italiens, le quartier des “gants jaunes”. Et le bon peuple croit déjà à la victoire. On dit que Louis-Napoléon a cédé, que la police est débordée, que des éléments de l’armée fraternisent avec les travailleurs. Amère illusion ! Trente mille hommes de troupe, trahissant une fois de plus ceux qu’ils devraient défendre, convergent vers les rues populeuses. Et puis, c’est la provocation : un coup de feu claque, tiré par un soldat gorgé d’alcool, et la fusillade éclate. Des hommes, des femmes, des enfants s’affaissent, criant de douleur et d’épouvante. Et pendant dix minutes les soldats tirent, ivres de rage aveugle et de folie meurtrière. Il y a là, maintenant, près de deux cents corps à jamais immobiles, et des centaines d’autres souillés de sang, pantelants de douleur.

 

(Fusillade. 1 s’écroule).

 

L. N. B.

 

Soldats ! vous êtes l’élite de la nation. Aujourd’hui en ce moment solennel, je veux que l’armée fasse entendre sa voix.

 

2 (entre vivement)

 

A Lohermida, au Chili, les quartiers pauvres sont cernés par l’armée. Ici, les prolétaires sont organisés politiquement ; ils appartiennent au Parti Socialiste, au M.I.R. ou au M.A.P.U.. Devant la résistance des hommes, des femmes et des enfants, le capitaine fait évacuer la troupe et demande l’intervention de la force aérienne. Et sur cette agglomération de 3.000 habitants, les avions déversent des tonnes de napalm. Lohermida est rasée. Les bulldozers et les tanks nivellent les ruines. Quatre à cinq cents morts, des centaines de blessés, des centaines de brûlés.

 

(Fusillade. 2 s’écroule).

 

L. N. B.

 

Soldats ! N’oubliez pas que l’obéissance passive aux ordres du chef du gouvernement est le devoir rigoureux de l’armée, depuis le général jusqu’au soldat. C’est à moi, responsable de mes actions devant la postérité, de prendre les mesures qui me semblent indispensables pour le bien publie.

 

(Fusillade. Entre 3).

 

3

 

À Athènes, c’est l’impétueux soulèvement du peuple contre ses tyrans. Les petites gens se sont rassemblées derrière les ouvriers. Tous passent à l’offensive. Ils débordent la police, affrontent les blindés et les mitrailleuses. L’héroïsme de certains fait le courage de tous. Les étudiants font barrage de leur corps aux tanks des colonels. En province, les ouvriers prennent d’assaut les mairies et les Préfectures ; et cela, malgré la loi martiale et le couvre-feu. Mais l’armée se déchaîne… et c’est le carnage : les exécutions sommaires, les fusillades. Force reste au tyran.

 

(Fusillade. 3 s’écroule).

 

L. N. B.

 

Soldats ! Restez inébranlables dans les règles de la discipline et de l’honneur. Aidez, par votre attitude imposante, le pays à manifester sa volonté dans le calme et la réflexion. Soldats, nous sommes unis par des liens indissolubles. Votre histoire est la mienne.

 

(1, 2 et 3 toujours étendus, se mettent à gémir. A travers des gémissements on entend ces mots) :

 

LES TROIS

 

Commune de Narbonne… Canuts de Lyon… Guernica… Lisbonne… Cuba… Santiago du Chili… Euskadi… Irlande… Athènes… Occitània..

 

oc

 

Amics ! Atèna es pas Grècia ! Santiago es pas Chile !  Paris es pas França e encara mens Occitània. La lucha deis obriers e dei paisans si debana dins totei lei nacions ; mai coma lo capitau es internacionau, la lucha es internacionala : Proletaris de pertot dins lo mond, ajudatz-vos, donatz-vos la man. Aquí un òme es mòrt. Ailà, un òme novèu s’es levat pèr cridar : “Resistèneia !”.

 

(1, 2 et 3 se relèvent lentement, murmurent d’abord le mot, puis le lancent comme un cri d’espérance).

 

LES TROIS

 

Resistència ! … Resistència !… Resistència !… Resistència !… RESISTÈNCIA ! …

 

(Mime des partisans. Ils se glissent, bondissent, se dissimulent, combattent, s’écroulent, se redressent, se coulent, tombent, repartent… Chaque action nouvelle est amorcée le cri) :

 

TOUS

 

Zo !

 

(Pendant que les récitants relatent les faits d’armes insurgés, tous s’arrêtent brusquement, puis reprennent dans la foulée, dès que les récitants se taisent).

 

RÉCITANT

 

Dins la Vauclusa, lei franc-tiraires si son fach mèstres d’Ate. Lo sos-prefècte demanda a la gendarmariá de l’ajudar. Mai, coma an pas pron d’òmes, si va mobilizar de païsans que seràn enquadrats pèr lei logadiers, lei mercenaris dau poder. L’ataca d’Ate pèr lei soldats dau sos-prefècte vira a la desbranda ; lei païsans vòlon pas tirar còntra sei fraires. Lo sos-prefècte ambé lei gendarmas s’esbinhon coma s’avián lo fuèc au cuou. Puèi, lei roges s’apoderan de l’Illa-sus-la-Sòrga, e l’envasisson. Avinhon es assetjada. Aurenja es dins lei mans dei democratas.

 

TOUS

 

Zo !

 

UN MESSAGER

 

Monsieur le sous-préfet ! Monsieur le sous-préfet ! À Saint-Etienne-les-orgues, les vandales ont fait un feu de joie avec les actes notariés !

 

TOUS (dansant et chantant)

 

Papiers cremats

Impòsts Pagats ! (plusieurs fois)

 

TOUS

 

E zo !

 

UN MESSAGER

 

Mon Général ! mon Général ! les rebelles ont arrêté le sous-Préfet de Sisteron. Ils l’ont enfermé dans la Citadelle avec une trentaine de soldats qu’ils ont fait prisonniers.

 

TOUS (dansant et chantant)

 

Volèm plus lo sala-topin

L’avèm garçat dins la gabiòla

Dins la gabiòla sensa vin

Blanqueja lo sala-topin !

 

TOUS

 

E zo !

 

LE JOURNALISTE

 

Monsieur le rédacteur en chef ! Monsieur le rédacteur en chef ! Une armée insurrectionnelle, forte de sept mille hommes, se dirige sur Digne.

 

LE RÉDACTEUR

 

Impossible !

 

 

LE JOURNALISTE

 

Mais elle s’est emparée du chef-lieu du département !

 

LE RÉDACTEUR

 

Impossible, il y a l’armée !

 

LE JOURNALISTE

 

Mais l’armée a été battue : les troupes gouvernementales, après un simulacre de résistance, ont capitulé.

 

LE RÉDACTEUR

 

Impossible !

 

LE JOURNALISTE

 

Mais, mon article ?

 

LE RÉDACTEUR

 

Ecrivez que les troupes fidèles à Louis-Napoléon Bonaparte ont évacué Digne et que les insurgés sont maintenant cernés.

 

(Un homme passe à toute vitesse)

 

oc 1

 

Qu’es aquèu ?

 

oc 2

 

Lo prefècte de Dinha.

 

oc 1

 

Rascla !

 

oc 2

 

De segur qu’a vist un occitan amb un tromblon dins un trompa-camin.

 

TOUS

 

Zo !

 

 

(Des gens passent en criant les nouvelles).

 

oc 1

 

Lo comitat de resistència dau canton de Forcauquier organiza la defensa dau canton.

 

TOUS

 

Zo !

 

UN MESSAGER

 

A Digne, les registres des impôts indirects alimentent les feux de joie.

 

TOUS

 

Zo !

 

UN MESSAGER

 

À Barcelonnette, le peuple a arrêté le sous-préfet et l’a jeté en prison.

 

TOUS

 

Zo !

 

oc 1

 

Castelana s’es revòutada !

 

TOUS

 

Zo !

 

Oc 2

 

Dins lo Var, Brinhòla ambé totei lei vilatges de l’encontrada si son donats una municipalitat insurreccionala.

 

TOUS

 

Zo !

 

 

LE JOURNALISTE

 

Monsieur le rédacteur en chef ! Monsieur le rédacteur en chef ! Sensationnel ! Formidable ! J’ai trouvé tout à la fois Mandrin et Robin des bois.   

 

LE RÉDACTEUR

 

Vous délirez, mon pauvre ami !

 

LE JOURNALISTE

 

Que non, Monsieur le rédacteur en chef. L’homme se nomme Aillaud, il est natif de Volx. Il refuse de s’avouer battu. Avec quelques centaines d’hommes, bien équipés, bien armés et décidés à tout, il tient tête à l’armée gouvernementale.

 

LE RÉDACTEUR

 

C’est folie !

 

LE JOURNALISTE

 

Oh, non ! Il tient la montagne de Lure, qu’il connaît parfaitement, comme Robin des Bois, la forêt de Sherwood. (Il s’enflamme). Le colonel de Vinoy a lancé cinq cents soldats du 54me de ligne, deux escadrons de hussards et vingt-cinq gendarmes, à la poursuite d’Aillaud. Mais Aillaud et ses hommes sont insaisissables. L’armée est ridiculisée.

 

LE RÉDACTEUR (sec)

Assez ! (un temps)… et, comment appelez-vous ces gens ?

 

LE JOURNALISTE

 

Des résistants, Monsieur le rédacteur en chef.

 

LE RÉDACTEUR

 

Erreur, jeune homme ! Erreur ! Ce sont des terroristes, vous entendez, des terroristes !

 

LE JOURNALISTE

 

Mais, Monsieur le rédacteur en chef…

 

LE RÉDACTEUR (hurlant)

 

TERRORISTES !

 

(Noir… lumière… un homme avance en se dissimulant ; un autre sort de sa cachette et l’arrête).

 

oc 1

 

Onte vas, l’amic ?

 

oc 2

 

M’en vau rejónher Alhaud de Vòus.

 

oc 1

 

Perqué ?

 

oc  2

 

Vòli bacelar amb élei l’armada dei franchimands.

 

oc 1

 

De monte siás ?

 

oc 2

 

De Sant Miquèu, aqui, darrièr la còla.

 

oc 1

 

Dins la resistència siám pas totjorn de fèsta

 

oc 2

 

De segur ! Siáu pas vengut pèr m’amusar. (Un temps). Pèr s`aparar fau bèn conóisser lo païs.

 

oc 1

 

Lo conoissèrn bèn. Montanhas, ribas, combas, bauç ; an de baumas pèr s’escondre, de dralhons pèr s’escapar, de romias pèr s’emboscar.

 

Oc 2

 

E pèr manjar ?

 

Oc

 

Li a totjorn un pastre, un boscatier, un païsau pèr nos donar lo pan, lo vin e lo formatge.

 

oc 2

 

A Samt Miquèu, ai d’amics que nos mandaràn un cambajon ambé de sauciças, perqué an tuat lo pòrc.

 

oc 1

 

Alhaud ne’n serà content !

 

oc 2

 

E lei nuechs ?

 

oc 1

 

Lei nuechs, fa fresquiera… mai avèm totjorn un jaç ò una feniera pèr penecar.

 

oc 2

 

E d’armas, n’avèm ?

 

oc 1

 

Quauqueis unas qu’avèm escanadas dins lei gendarmariàs e dins l’ostau dei borgés e dei reaccionaris. Mai nos faudriá de podra ambé de balas. (Un temps). Perqué m’as debanat tot aquèu fais de questions ? Bensai que siás un espia !

 

oc 2

 

Non ! Non ! Jamai de la vida ! D’un còp mi dieu que tot ara un soldat va venir, e que ieu – Capon de Dièu – deurai lo desquilhar.

 

oc 1

 

Pòdes encara t’enanar !

 

oc 2

 

Non ! Ai chausit de luchar.

 

oc 1 (pour le rassurer et le convaincre)

 

Nosàutrei, siam lei francs-tiraires de la libertat, lei maquisards de la dignitat. Sabèm que nòstra lucha es la lucha dei malurós, deis esquichats. Deman, lei gents d’Occitània si van levar pèr botar defòra aquélei dau capitalisme. Nòstra lucha si debana dins un biais novèu : es pas una lucha nacionala, patriotica, es una lucha de classa. Ara n’avèm pron d’èstre umiliats, escanats ; n’avèm pron d’èstre lei servicialas de la borgesiá. Fau pas s’esbinhar davant lei mots : la vertut de nòstra accion es dins la revolucion populària. Se deman volèm la “BÒNA”, la republica dei partejaires, devèm la crompar ambé nòstre sang. E pèr aquò, crèsi qu’avèm pas ges d’autra solucion que la lucha armada.

 

TOUS

 

Zo ! Zo ! Zo !

 

(Reprise du mime des partisans… et sortie).